10 Eglises en 10 ans ? Amen ! Ou… heu… ?

Bordigoni_ClaudeLa FREE a pris la décision d’implanter 10 nouvelles Eglises en 10 ans dans notre région. A la base, ce projet séduit certains. D’autres s’interrogent. Claude Bordigoni, pasteur dans l’Eglise évangélique libre de Reconvilier, est de ceux-ci. Voici quelques-unes de ses interrogations.

Au premier contact de ce projet, il y a plus de deux ans ! Je me suis dit : « Génial, on s’attaque à la croissance dans la FREE ! » Puis mes réflexions m’ont poussé vers d’autres pensées.

La première m’est venue d’un texte biblique bien connu, une parole du Christ qui nous dit ou nous rappelle que c’est lui qui construit SON Eglise (Matthieu 16,18). Tiens, étrange non ? Est-ce à nous dès lors de nous occuper de construire son Eglise, à moins que nous construisions… notre Eglise ?

Construire l’Eglise, le rôle du Christ !
L’Eglise, c’est l’affaire du Christ. D’accord sur cette vérité, mais alors, quel est mon rôle dans cette construction, quelle est ma tâche dans le projet du Christ ?

Là encore, j’ai recroisé un autre texte bien connu dans lequel Jésus est en discussion avec des disciples. Il dit alors simplement à l’un d’eux : « Va annoncer le Royaume de Dieu » (Luc 9,60). Intéressant non. Nous nous focalisons sur des Eglises, sur des lieux de rencontre, certes utiles et, peut-être, nécessaires. Mais est-ce là notre mission ? Ne sommes-nous pas en train d’usurper la mission du Christ lui-même ?

Suis-je en décalage avec mes pensées par rapport à ce projet ? Pas sûr. Peut-être visons-nous le même objectif, mais la formulation et peut-être le fond, finalement, diffèrent. Est-ce qu’il nous faut de nouvelles Eglises ? Peut-être. Mais assurément, nous avons besoin de retrouver la compassion que Dieu a pour ceux qui ne le connaissent pas. Je ne pense pas que ce sont des Eglises qui vont « faire de nouveaux chrétiens », mais bien de nouveaux chrétiens qui, en se rassemblant vont faire Eglise.

Annoncer le Royaume, notre mission !
Revenons à notre mission, celle « d’allez » et de faire de toutes les nations des disciples (Matthieu 28,19). Là se trouve notre mission. Et c’est assurément plus compliqué, car nous nous trouvons confrontés à la réalité de vies parfois difficiles, d’oppositions, de résistances. Nous nous trouvons sur le terrain de la lutte avec l’ennemi qui tente de diviser. D’ailleurs vous le savez, le péché nous sépare de Dieu, alors que l’Amour nous réunit, mais c’est un autre sujet. Mais par-dessus tout, nous nous trouvons confrontés à notre tiédeur.

« 10 Eglises en 10 ans », est-ce notre projet ou le plan de Dieu ? Est-ce notre mission ? Ce qui est à saluer sans nulle retenue, c’est qu’il y a là un projet qui nous remet en lien avec notre mission locale. En ce sens, nous sommes dans notre rôle d’annoncer l’Evangile, d’annoncer le Royaume de Dieu, d’en vivre les réalités, comme Esaïe 61 nous y invite.

Lui laisser les rênes de « nos » Eglises
Je m’aperçois de plus en plus que si nous laissons Dieu agir, si nous lui laissons les rênes, aussi ceux de « nos » Eglises, alors de grandes choses peuvent se passer. Parce que c’est lui qui construit son Eglise. Mais il faut oser lâcher prise, oser lui laisser les rênes. Et où va-t-il nous mener ? Par soumission, par adoration, laisser à Christ le droit et le pouvoir dans nos communautés. Revenir, conduits par son Esprit, à la mission qu’il nous a confiée : « Allez ! »

Oui, allons annoncer et vivre les réalités du Royaume de Dieu, là où il nous a placés. Dans notre immeuble, dans notre quartier, à notre place de travail. Pas facile le défi, j’en conviens. Cependant, c’est cela que nous demande le Christ. Le reste, il s’en occupe.

Combien de fois ces dernières années n’avons-nous pas entendu ce slogan « Eglise, ouvre-toi » ? Souvent, nous avons voulu maîtriser l’Eglise. Nous en avons fait une institution. Nous avons placé des règles et des lois qui, bien souvent, ne viennent pas de Dieu, ni de la Bible, mais de notre bonne manière de penser l’Eglise. Dieu aujourd’hui veut ébranler nos conceptions de l’Eglise. Je pense, et je ne suis pas le seul à avoir cette certitude, que nous pourrions être surpris de voir ce que Dieu veut faire. Peut-être bien que la forme que va prendre l’Eglise surprendra, et probablement moi le premier. Où est ma confiance en Celui qui dit qu’il construit son Eglise ? Suis-je mieux à même que le Christ pour savoir ce qui est judicieux pour son Eglise, son corps ici-bas ?

Oui, on peut être polémique quant à savoir s’il faut implanter de nouvelles Eglises ou pas, oui on peut penser l’Eglise, sa forme, sa structure. D’ailleurs Dieu nous a donné une intelligence pas uniquement pour notre profession séculière, mais aussi et peut-être d’abord pour être à son service.

Probablement qu’il faudra des Eglises nouvelles dans des lieux où le christianisme n’est pas présent. Probablement aussi qu’il faudrait que des Eglises se rassemblent et pas uniquement quand c’est trop tard, et pas uniquement pour survivre encore quelques mois ou quelques années. Mais au contraire pour mettre ensemble des ressources et « économiser sur les dépenses internes », si vous me permettez ce langage de gestionnaire économique. Rassembler, unir là où la division nous a séparés. Un premier pas pourrait être l’organisation d’activités en commun avec nos frères et sœurs d’autres communautés. Faut-il se rappeler ce texte biblique qui nous invite à l’unité, à l’Amour les uns pour les autres, témoignage envers ceux qui nous regardent vivre ? Nous avons tellement peur d’être nombreux. Nous avons tellement peur de ne pas connaître tout le monde. Peur de vivre autre chose que notre petit club de copains du dimanche. Peut-être bien que Christ désire autre chose pour son peuple, pour son Eglise. Rappelons-nous : « Ce jour-là furent ajoutés trois mille personnes à la communauté » (Actes 2,41).

Laisser l’Esprit conduire et aimer
Et si Dieu nous surprenait, nous bousculait. S’il venait remettre en cause nos habitudes, nos traditions, nos conventions ? Quelle est notre mission dans le plan de salut de Dieu pour notre monde ? Quelle est notre responsabilité ?

Il en est deux que je voudrais relever ici. La première c’est de laisser l’Esprit de Dieu nous conduire. Sans lui, sans sa direction, c’est le mur assuré. Comment vivre le Royaume de Dieu sans l’Esprit du Roi en nous ? La seconde, c’est de vivre le plus grand des commandements : aimer Dieu et son prochain comme soi-même.

C’est là la base de la mission. Sans ces deux composantes majeures, on passe à côté du plan de Dieu pour nous, pour son Eglise et pour nos contemporains ! Retrouvons la compassion pour ceux qui ne connaissent pas le Christ. Témoignons de l’Amour de Dieu pour le monde (Jean 3,16-17) autour de nous. Vivons les réalités du Royaume de Dieu là où nous sommes, ouvrons des espaces propices à la rencontre, à la convivialité. Faisons-nous des amis, développons la confiance, montrons en paroles et en actes qui est notre Dieu. Et je ne vous parle pas ici de discours moralisateurs comme on sait si bien les faire ! Non, je vous parle de l’Amour de Dieu qui réunit ce qui a été séparé. Entre 2 et 10% de chrétiens en Suisse ? Nous avons du pain sur la planche. Probablement que 10 Eglises en 10 ans ne seront de loin pas suffisantes !

Laissons donc le soin à Christ de construire son Eglise et… « Allez ! »

Claude Bordigoni, pasteur dans l’Eglise évangélique libre de Reconvilier (FREE)

Publicités

Comments

  1. Bien dit, merci pour ces remarques pertinentes et permanentes. Je ne les reçois pas comme une remise en question de ce
    beau projet « 10…10 », mais au contraire comme une confirmation qu’il est judicieux d’aller de l’avant, le Seigneur nous a conduit à entrer dans ces belles oeuvres préparées d’avances. L’enthousiasme des ouvriers de la moissons « 10..10 », les portes ouvertes dans les divers et nombreux organes de la FREE et les coeurs de leurs autorités, sont autant de confirmations que le Seigneur a fixé un temps, aujourd’hui, pour la créativité en matière de vie communautaire, pour faire tout à nouveau des disciples de Christ d’aujourd’hui. Le message qui sera – qui est déjà – véhiculé par ces communautés nouvelles, est, à n’en pas douter, toujours le bel et éternel évangile de la Grâce de Dieu, son amour pour les hommes manifesté dans le sacrifice de Christ à la croix, acte d’amour qui appelle à la repentance et à la foi, dans une vie renouvelée et dorénavant capable de communiquer en actes l’amour de Dieu.
    L’implantation de 10 nouvelles églises en 10 ans est un projet stimulant pour la prière fervente, la générosité solidaire, et le témoignage aimant.
    La créativité de Dieu ne se manifeste pas demain, elle se manifeste aujourd’hui, comme elle s’est manifestée hier pour nos chers prédécesseurs.
    Dans l’élan actuel pour l’implantation de nouvelles églises par la FREE je vois l’action du Saint-Esprit, qui encourage et équipe des personnes de visions créatives et pertinentes.
    10 églises en 10 ans? AMEN et Halleluia!

  2. Jacqueline Gerber says:

    Merci Monsieur Bordigoni, je dis amen à toute votre réflexion. Elle correspond à ce malaise que j’avais quand la Free a communiqué ce désir de création de 10 églises en 10 ans. Merci d’avoir réagi de cette manière. Jacqueline Gerber membre de La Passerelle, Vevey

  3. Cher Claude, je ne peux qu’adhérer à la notion que Christ bâtit son église et que nous sommes appelés à annoncer le royaume de Dieu. Au-delà de tes questions, une qu’il faut se poser est : est-ce que nous le faisons? Ce débat est à mon sens un faux débat. Mais peut-être es-tu influencé par la situation du Jura Bernois, la région en Europe qui a la plus forte densité d’évangéliques? Je comprendrais dès lors que tu puisses considérer qu’il n’y a pas besoin de nouvelles églises, mais il faudrait encore se demander ce que nous mettons derrière le mot « église ». Si effectivement l’église est un club privé centré sur lui-même alors il n’y a pas besoin de nouveaux clubs. Si l’objectif d’implantation d’églises de la FREE est de permettre à un « système » de survivre ou de rester la plus grande Fédération Romande, alors c’est une mauvaise raison d’implanter de nouvelles églises. Si par contre l’église est un lieu de naissance et de croissance en Christ alors il y a besoin de nouvelles églises et c’est bien que la FREE prenne cette mission à son compte. Sans évacuer le fait que le milieu évangélique est un milieu compétitif qui rivalise en offres et programmes, selon la dernière étude de l’observatoire des religions, il faut se demander si l’implantation d’églises fait partie de la mission chrétienne ou pas. Il faut se demander aussi, selon le questionnement du prophète Aggée, si nous travaillons pour notre propre maison ou si nous bâtissons la maison du Seigneur… Il n’est pas toujours si simple de travailler dans une vision régionale, même entre églises de la même Fédération, mais ça tu dois le savoir! Qui plus est lorsque la collaboration va au-delà d’une fédération. Est-ce que nous percevons encore qu’il y a des gens perdus à sauver? Selon une étude, il semblerait que 60-80% des membres d’ églises qui ont moins de 5 ans d’âge sont des nouveaux croyants alors que dans les églises qui ont plus de 15 ans d’âge 80% de la croissance se fait par transfert! Ironiquement, on pourrait donc se demander s’il ne faudrait pas dissoudre les églises qui ont plus de 15 ans d’âge et en recréer de nouvelles?. A l’instar d’un certain Paul, j’espère que vous supporterez un peu de ma folie… 🙂 Je suis totalement d’accord avec toi sur «Laissons donc le soin à Christ de construire son Eglise et… « Allez ! »! Il ne suffit pas de le dire. Il faut le faire et selon la parabole du semeur, pour semer il faut SORTIR.

  4. Failletaz Sylvie (Suisse) says:

    Entièrement d’accord avec la réflexion d’Olivier Fazel.
    Ne confondons pas construction de l’Eglise et constructions des églises. Le grand E est du ressort de Christ le petit « e » est du ressort et de la responsabilité de tous les chrétiens servant dans l’église locale selon son/ses don(s). Les apôtres ne sont-ils pas les premiers implanteurs d’églises locales (dans les maisons selon actes 2). Nous avons aussi pour modèle l’apôtre Paul dont il n’est pas nécessaire de détailler que sa vie entière, dès sa conversion, était d’annoncer Christ, implanter des églises locales, les enseigner, les corriger,…..Oui,«Laissons donc le soin à Christ de construire son Eglise et… « Allez ! » A nous chrétiens d’aller implanter des églises (Mat.28:19-20)
    Amen pour 10 églises en 10 ans.
    Sylvie Faillétaz – Eglise de La Perrausa à Saint-Martin (FR)

  5. Matthias RADLOFF says:

    10 églises en 10 ans, c’est une parole que je ressens comme un encouragement à aller de l’avant avec la force de Dieu qui agit puissamment en nous.

    10-10 vise un objectif qui est du registre « que ton règne vienne ».

    Néanmoins, 10-10 reste bien en dessous des objectifs de Paul qui étaient « d’exhorter tout homme, d’instruire tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ » (Col 1.27-29). Et pour y arriver, Dieu a voulu des églises.

    Combien d’églises faut-il rajouter à celles qui existent pour n’atteindre que le 10% des objectifs de Paul? Personne ne le sait. Une? dix? cent? mille églises en dix ans?

    Nous savons tous que le salut n’est pas dans les chiffres. Mais il me semble avoir entendu une fois quelque part une parole du genre: « montre moi ta foi sans les chiffres, et je te montrerai la mienne par les chiffres ».

  6. Fosserat Richard says:

    Bonjour Claude et merci de cette contribution aussi intéressante que nécessaire à la démarche en cours. Peut-être nous faut-il prendre un peu de auteur et ne pas opposer ce qui pourrait se compléter ? Comme tu le dis si bien ce sont les disciples qui forment, en la constituant, l’église vivante et en croissance. Alors… ne parlons pas et ou bien / ou bien mais plutôt de ET. « Disicpuler » ET former la communauté vivante et locale qui rendra, elle aussi, le Royaume visible et attractif !

  7. Bravo, très spirituel le commentaire. Chacun disciple souhaiterait être si spirituel qu’il ne puisse faire que des coups gagnants, s’économisant ainsi beaucoup d’efforts et de déconvenues. Toutefois, si vous n’en êtes pas encore là, alors prenez exemple d’Ecclésiaste 11:

    1. Lance ton pain sur les eaux car, avec le temps, tu le retrouveras. (…)
    5. Tu ignores quel est le chemin du vent, et tu ne sais pas comment se forment les os de l’embryon dans le sein de sa mère; de même, tu ne connais pas l’œuvre du Dieu qui fait toutes choses.
    6. Dès le matin, répands ta semence et, jusqu’au soir, n’accorde pas de repos à ta main, car tu ne sais pas ce qui va réussir, si une chose ou une autre, ou bien les deux, seront un succès.

    Bon courage à chacun dans vos entreprises.

  8. Failletaz says:

    Merci pour l’encouragement cher RF!!!!

  9. Philippe Thueler says:

    Cher Claude, chers commentateurs,
    Merci pour vos contributions! Une distinction me parait très utile à ce stade du « débat » lié à cet article, mais aussi plus largement par rapport à l’enjeu de la croissance de la FREE dans les prochaines années: ne confondons pas vision et mission.
    La vision consiste en un idéal auquel on aspire, une image de l’avenir, la destination d’un voyage: « 10 églises en 10 ans » est à mon sens une vision que la FREE se donne, c’est ce qu’elle aimerait VOIR. Cette vision doit servir à communiquer la direction, l’enthousiasme, à mobiliser la prière, l’effort, les ressources des instances et des églises dans un élan commun. Elle doit aussi nous encourager à aller chercher auprès de Dieu lui-même ce qu’il a préparé d’avance et ses ressources. Notre vision devrait refléter l’avènement de son Royaume dans notre région et pour notre temps. Et dans cette compréhension, 10 églises en 10 ans, ça parait bien peu!
    La mission, c’est ce que l’on va faire pour arriver à notre vision. Jésus nous montre le chemin par excellence : faites des disciples! On rejoint là le meilleur itinéraire pour arriver à destination: non pas construire les lieux de cultes, planifier, ou construire l’église à la place du Christ. Mais bien, faire des disciples: leur annoncer le salut, les accompagner, être des exemples d’amour et de foi, et tout ce qui en découle, comme l’ont souligné les commentateurs précédents.
    Cet article a l’immense mérite d’interroger la confusion que nous pourrions faire entre notre vision et notre mission. L’un ne va pas sans l’autre, l’un ne va pas non plus à la place de l’autre. Nous aurions gagné en clarté en posant cette distinction dès le début de notre réflexion sur l’avenir de la FREE.
    Au plaisir de continuer le voyage ensemble…
    Amitiés, Philippe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :