L’affaire Christian Lutz-ICF : un manque de savoir-vivre du photographe !

Carrel-Serge_blogL’interdiction de diffusion du livre In Jesus’Name du photographe Christian Lutz a fait la semaine dernière l’unanimité contre elle. Et si le photographe avait tout simplement manqué de savoir-vivre dans ses relations avec ICF Zurich et les personnes qui fréquentent cette Eglise évangélique ? C’est la conviction de Serge Carrel, responsable de lafree.ch

Le monde de la presse crie unanime à la censure. Le photographe genevois Christian Lutz a vu son livre In Jesus’Name interdit de diffusion à titre préventif par un juge zurichois, suite à la plainte d’une vingtaine de personnes fréquentant l’Eglise évangélique ICF de Zurich. La plupart des médias font chorus pour condamner cette entrave à la liberté artistique du photographe. Un peu court !

Une Eglise qui fait confiance
Attentive à instaurer un climat de confiance avec le photographe, cette Eglise de jeunes lui a ouvert toutes grandes ses portes. Pendant une année, elle l’a autorisé à participer à ses rencontres et à saisir librement des instantanés divers et variés. Une telle démarche valait-elle pour des prises de vue en gros plan d’individus immortalisés dans des attitudes de prière ou de louange ? Dans des postures qui, pour le moins, relèvent de l’intime, si elles se vivent en communion profonde avec Dieu ? Dans ce contexte, que fait le photographe du droit à l’image des personnes photographiées ? Et du droit à la protection de la personnalité ?

Le moindre des savoir-vivre et la moindre des délicatesses, au vu de la confiance témoignée, aurait été, avant publication du livre, de prendre contact avec les responsables et de leur montrer les résultats du travail effectué et la sélection opérée. S’en serait suivi une négociation difficile, faite sûrement de renoncements mais aussi d’accords pour publication. Les membres d’ICF ne sont pas des personnalités publiques, M. Lutz ! A coup sûr, ce faisant, les réactions des membres de cette communauté auraient été différentes après publication !

Des Eglises qui dorénavant diront non
A la prochaine demande de filmer ou de photographier le vécu d’une Eglise évangélique, les responsables d’une telle communauté diront certainement non ! Ou alors dans un cadre bien précis et à des conditions bien établies ! Dommage que le monde médiatique ne soit pas capable de plus de finesse et de plus de doigté pour aborder des sujets qui ont trait à l’intime d’individus ne souhaitant pas nécessairement voir leur pratique religieuse étalée au su et au vu de tout le monde !

Serge Carrel, journaliste, responsable de lafree.ch

Sur lafree.ch, voir à ce sujet : « Polémique autour d’ICF : le regard de Philippe Gonzalez, sociologue des médias ».

Comments

  1. Florianne Jeandupeux says:

    Monsieur Carrel a bien exposé le problème. Ce photographe a abusé de la confiance de ces frères d’ICF. Mais ces derniers n’ont-ils pas fait preuve de naïveté, en ne définissant pas clairement les règles quant aux clichés pris par le photographe?
    On peut aussi bien imaginer que si ICF avait refusé d’ouvrir ses portes, elle se serait aussitôt fait traiter de « secte »…
    Personnellement, j’ai réagi lorsque des photos d’école du dimanche sont apparues sur le site de mon église… Ces images peuvent finir n’importe où, tout va si vite sur le web… Chacun doit donc faire preuve de sagesse et discernement… Ce qui est loin d’être simple!

  2. Pascal Vidoudez says:

    Qui invite le loup dans la bergerie peut s’attendre à ce que des « brebis soient croquées ».

    Dans tous les cas, un contrat clairement établi entre ICF, ses membres et le photographe sur la finalité des photos prises et à son droit d’accès avant publication aurait été de circonstance.

    Cela aurait constitué une précaution remplie de bon sens et de sagesse. Et toute communauté qui se respecte devrait agir de la sorte.

    Si ce photographe ne vit pas les mêmes valeurs éthiques et judéo-chrétiennes qu’ICF alors il est évident que le dommage colatéral est inévitable.

    Dès lors, on pourrait même se poser la question de savoir comment se fait-il qu’une communauté accepte d’avoir un photographe pendant une année chez-soi pour constituer un livre sur le pouvoir religieux sans y voir là une tentative du Satan de propager une image mauvaise de la religion.

    Enfin, ICF semble avoir à son service un avocat « permanent » ce qui n’est pas sans soulever bien des questions.

    Qu’Adonaï Shalom amène la paix et rétablisse la paix dans cette affaire sans que cela porte préjudice à Son Grand Nom, pour Sa seule gloire.

  3. Merci Serge pour cette prise de position.
    J’ai l’impression que les médias ont une vision unilatérale de la liberté de la presse. Eux se permettent de dire un peu tout et n’importe quoi surtout dans le domaine religieux. L’église n’est pas le jardin zoologique dans lequel on peut se permettre d’immortaliser des spécimens rares! On crie à la censure et Christian Lutz dit qu’il y avait un accord avec les responsables de l’église, ce qui ne signifie pas qu’il y avait un accord avec les personnes photographiées. Le tribunal de Zurich n’a certainement pas interdit, même provisoirement cette publication sans raisons. Attendons les conclusions de l’enquête.

  4. OBJET :

    ESAÏE 42 – 45.
    Ma missive pour le Peuple de DIEU.

    A tous mes frères et sœurs en l’amour fraternel de CHRIST de par le monde, qui ont été appelés dans la vérité, qui sont aimés en DIEU le Père, et gardés pour Jésus-Christ :
    Que la miséricorde, la Paix et la Charité vous soient multipliées.
    Charles KONE, serviteur de DIEU et esclave de Jésus-Christ, je vous aime et je vous salue.

    Frères et sœurs en CHRIST,

    Et si cela avait été vous et votre famille, …. ?

    La Sainte Bible déclare que l’inquiétude dans le cœur de l’Homme l’abat mais une bonne parole le réjouit, et cette bonne parole c’est l’Evangile, La Parole de Notre Salut.
    Proverbes 12 : 25 .

    Bien-aimés de DIEU,

    La Sainte Bible, la Parole de DIEU, enseigne que tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de DIEU sont fils de DIEU, car si vous vivez selon la chair vous mourez mais si vous vivez selon l’Esprit vous vivrez. Romains 8 : 13 – 14.
    Et le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance, car en effet la loi n’est pas contre ces choses.
    Galates 5 : 22 – 23.

    Jésus le CHRIST, Fils de DIEU, Notre Seigneur et Notre Sauveur, dans son sermon au peuple, déclare lui-même ceci :
    « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes ».
    Matthieu 7 : 12.

    D’où cette série de questions à vous posée en ce jour :

    Si cela avait été vous et votre famille, dans la désolation et le désarroi après avoir vu les vôtres se faire exécuter, carboniser, massacrer, violer, amputer et humilier…..dans cette civile atroce qui durant plus de cinq mois………

    Si cela avait été vous et votre famille, qui aviez du jour au lendemain tout perdu, nulle part où aller, aucune cour chez qui vous nourrir et vos loger…..avec aucune autre situation que quémander la charité…………

    Si cela avait été vous et votre famille, sans personne pour véritablement vous entendre, vous écouter, vous parler et vous aider………

    Si cela avait été vous et votre famille, réfugiés ou déplacés de guerres, faute de moyens ni de soutiens à voir vos enfants déscolarisés, vagabonder à longueur de journée, côtoyer pour oublier ou subvenir au quotidien, la délinquance, la drogue, l’alcool et la prostitution, avec tous les risques encourus….

    Oui, si cela avait été vous et votre famille, en lieu et place de tous ces malheureux, qu’auriez vous souhaité que les autres fassent pour vous ?

    La Sainte Bible déclare que si quelqu’un possède les biens du monde, et que voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure t-il en lui ?
    1 Jean 3 : 17 – 24 ; Matthieu 25 : 31 – 46 .
    Car parmi les hommes droits se trouvent la bienveillance.
    Proverbes 14 : 9 .

    Aussi j’en appelle à l’amour fraternel et à la charité des uns et des autres, pour solliciter votre bienveillance, ENTENDEZ – NOUS et au nom de JESUS, AIDEZ – NOUS.

    LE SALUT PASSE PAR LA FOI QUE JESUS EST FILS DE DIEU, ET PAR LA PURIFICATION DE NOS ÂMES EN LA CRAINTE DE L’ETERNEL ET L’OBEISSANCE A SA LOI.

    Béni soit l’ETERNEL DIEU, le DIEU d’Israël qui seul fait des prodiges !
    Béni soit à jamais son nom glorieux !
    Que toute la terre soit remplie de sa gloire !
    AMEN! AMEN!

    Frères et sœurs en CHRIST JESUS, recevez en CHRIST JESUS, l’expression de notre très haute considération.

    DIEU VOUS BENISSE.

    KONE Issa Charles
    Serviteur de Dieu et esclave de CHRIST JESUS
    Jesusmasauve1982@hotmail.fr
    +225 57 70 73 84/ +225 06 28 53 50

  5. Je me dis aussi que nos Eglises et ICF aussi je pense, sont des lieux publics. Que si d’autres personnes avaient été là à ce moment, elles auraient vu les mêmes choses. Si notre piété et notre manière de l’exprimer doit rester cachée, ne faisons plus des cultes publics, mais des rencontres privées. Nous qui sommes déjà bien cloitrés dans nos 4 murs.
    Maintenant de là à prendre des photos et les publier dans un ouvrage, il y a un pas de plus qui nécessite l’accord des personnes concernées. Et même plus : quel texte accompagne ces photos ? Quel objectif est poursuivit par l’auteur. Quelques éléments essentiels à définir, à mon avis, en amont du projet et de toute « autorisation » s’il en fallait pour participer à un culte.
    Espace public et intimité se mêlent dans une célébration ou un culte. Sachez, chers journalistes et reporters être assez fin pour discerner ces moments et les respecter.
    D’un autre côté, on peut aussi se réjouir de voir ce que produit l’œuvre de Dieu dans la vie des fidèles.
    En vous souhaitant des rencontres bénies et encourageantes

    /Claude

  6. Pascale says:

    A mon avis ce n’est pas Christian Lutz qui a manque de tacte, mais bien ICF qui a sousestime l’ampleur du projet et sa portee. Je suis convaincue que le photographe a agi de maniere consciencieuse et ethiquement correcte, c’est tout cela la responsabilite d’un photographe professionnel. Il ne va pas risquer de mettre en peril son gagne-pain. Dans ce sens, l’eglise et les personnes photographiees etaient entierement au courant de sa procedure et demarche.
    La reaction d’ICF me decoit car elle met l’accent ou elle ne devrait pas. Ce qui aurait pu etre l’image d’une eglise ouverte et dynamique, est devenue celle d’une eglise elitiste et fermee. Les interpretations possibles des images, telles que formulees par les plaignants, vont trop loin et demontrent clairement une eglise qui a peur, qui a sousestime le travail. L’eglise aurait du intervenir avant la publication du livre, avant que l’ouvrage sorte de presse.

    ur et editeur sont clairement punis par l’eglise, ICF a exagere et doit aujourd’hui faire face a sa propre contre-publicite et une perte d’image qui va porter prejudice a de nombreuses autres mouvements evangeliques. Personnellement je soutiens Christian Lutz pour sa demarche et son courage. Je suis moi -même chrétienne engagée et d’autant plus sensible au sujet.

  7. Bally Claude says:

    Aujourd’hui Dimanche après-midi, j’ai visité l’exposition au musée de l’Elysée du Photographe Christian Lutz (distingué par de nombreux prix)Ces photos sont belles ,parlantes ,artistiques.J’ai trouvé qu’il avait un don pour transmettre une émotion,une image( parlante )avec aussi une composition artistique indéniable.
    Son exposition Trilogie avec deux autres sujets Protokoll et Tropical Gift dure jusqu’au 1 septembre 2013.Une remarque: Un texte m’a interpellé qui parlait de liberté (artistique ou médiatique)et d’interprétation unilaterale d’un document photographique au sujet de In Jesus ‘Name .Que dire ! Si non d’avoir une sagesse hors du comment pour comprendre les personnes responsables dans leurs démarches et les autres présente, informée certainement du travail du photographe mais pas toujours consiente de ce qui peut ce tramer.Ne soyons pas polémique mais essayons d’être authentique et vulnérable .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :