L’homosexualité… un péché?

Meylan_jean-JacquesBénédiction de « couples partenariés », mariage pour tous… Le débat ecclésial et social autour de l’homosexualité est vif. Voici une contribution du pasteur Jean-Jacques Meylan, extraite de son livre coécrit avec Andrea Ostertag : L’amour mal aimé. Jésus, l’ami des homosexuels. Une contribution toujours d’actualité.

L’homosexualité, est-celle innée ou acquise ? Il semble impossible de pouvoir trancher. Il est probable qu’il y ait de l’inné, il est observable qu’il y a de l’acquis.

Lorsque les explications biologiques et psychologiques échouent, il faut alors revenir à l’éclairage théologique (1). Non pas dans le sens que nous voulons attribuer la cause de l’homosexualité à l’intervention de Dieu. Ce n’est certes pas Dieu qui provoque cette prédisposition pour des raisons qui nous paraîtraient bien obscures. Les explications théologiques que nous pressentons rejoignent d’ailleurs les observations des sciences humaines. Il y a du dérèglement dans la nature. La nature est frappée de dysfonctionnements qui créent une tension évidente pour tous, entre l’idéal que nous nous forgeons des valeurs humaines, et les réalités observables. Cette tension, la Bible l’appelle le Péché du Monde. En fait, toute l’humanité est plongée dans un drame théologique dont l’homosexualité, tout comme les injustices, l’adultère, la violence, l’envie, la méchanceté, la jalousie, les meurtres, les querelles, l’orgueil, la dureté de cœur, le manque de pitié pour les autres sont les symptômes observables. Ainsi, au risque de provoquer de l’incompréhension, il faut reconnaître que l’homosexualité est de l’ordre du péché. Néanmoins, faut-il encore s’entendre sur le sens de cette affirmation.

Lorsque l’homosexualité n’est pas un péché
L’homosexualité est d’abord ressentie comme une pulsion, une orientation, une attirance pour les personnes de son propre sexe. En langage biblique, une telle prédisposition s’appelle une tentation. Chaque être humain connaît des tentations selon les prédispositions qui l’habitent. Chacun expérimente, pour n’en citer que quelques-unes, des pulsions de colère, des envies meurtrières, des élans de convoitise. Les pulsions sont constitutives de la nature humaine. Chacun peut, à un moment ou un autre, être tenté de « convoiter la femme de son prochain » (Exode 20.17). Or, au sens de l’épître de Jacques (1.13), la pulsion, la convoitise, n’est pas un péché. Il n’y a pas de péché à être tenté. Nul ne se trouve en faute moralement ou spirituellement tant qu’il résiste à la tentation.

C’est céder à la convoitise qui devient péché. Ainsi une homosexualité latente n’est pas en soi un péché.

Dans bien des cas, l’homosexualité n’est pas choisie. Elle est subie, souvent avec douleur. La personne d’inclination homosexuelle est victime de son itinéraire de vie. Aussi elle doit a priori être appréhendée avec compassion, sans jugement ni rejet. L’« homosensible » est souvent quelqu’un qui souffre, car il (elle) sent que quelque chose d’inachevé s’est inscrit dans son développement. Il n’est pas responsable de cet inachèvement. Aussi, c’est de bonne foi qu’il (elle) donne à ses relations sociales, affectives et sexuelles, les formes qui lui paraissent appropriées, car ce sont les seules dont il (elle) a la ressource.

Chaque être humain est d’abord un pécheur devant Dieu, un pécheur aimé pour lui-même, indépendamment de son orientation sexuelle. Chacun a besoin de grâce et de miséricorde. Chacun est inscrit dans le désir universel d’amour de Dieu. Chacun, hétérosexuel et homosexuel, est invité à soumettre sa vie sexuelle aux critères de pureté, de prévenance et de respect de l’autre, afin d’être témoin des valeurs de l’Evangile. Si la sexualité « hors mariage » est répréhensible, cela ne veut pas dire que tout acte sexuel accompli dans le cadre du mariage soit automatiquement bon (2). Pour certains homosensibles, la grâce et la puissance de Dieu peuvent réorienter leur orientation. Ils expérimenteront la puissance régénératrice de la grâce de Dieu et pourront s’engager dans une relation hétérosexuelle. Mais pour d’autres, le miracle sera « seulement » intérieur. En vivant la grâce de la chasteté, la dynamique de l’Esprit leur permettra d’assumer dans la paix une situation qui n’est pas pour autant radicalement modifiée (3). Ainsi, l’homophile qui entendra l’Evangile et souhaitera s’engager dans l’Eglise en voulant, avec l’aide de Dieu et de ses frères et sœurs, se dégager de son ancienne manière de vivre, aura pleinement sa place dans l’Eglise, sans restriction… Même si cette personne garde son orientation fondamentale, si elle est décidée à la vivre dans la chasteté et la confiance en Dieu, rien n’empêche qu’elle puisse accéder aux divers ministères de l’Eglise, y compris le ministère pastoral, si elle s’en sent capable et si l’Eglise le confirme (4). Cette dernière affirmation, sous la plume d’un théologien évangélique, est audacieuse. Beaucoup n’y souscriront pas. Cependant, il faut reconnaître que, dans la perspective de la théologie du ministère, elle est compatible avec l’enseignement biblique.

Lorsque l’homosexualité devient péché
On l’aura compris, c’est la pratique homosexuelle qui doit être qualifiée de « péché ». Mais encore faut-il s’entendre sur ce mot de peur qu’il ne prenne une connotation faussée. De plus, il convient de distinguer les comportements homosexuels qui résultent d’une pulsion profonde ressentie comme une contrainte parfois douloureuse, des comportements qui traduisent une recherche effrénée du plaisir sensuel sous toutes les formes possibles (5).

De quel péché s’agit-il ? S’agit-il d’un acte répréhensible dont l’auteur est moralement coupable ? S’agit-il d’une faute intentionnellement commise, ou d’une faute qui résulte d’une souffrance dont l’auteur se sent victime ? Il est important de faire ces distinctions et de repérer les dispositions des cœurs.

Sans vouloir minimiser la gravité du péché, il faut aussi lui attribuer les connotations que l’hébreu, avec son langage imagé, sait si bien donner. Le péché évoqué en rapport avec Sodome, en Genèse 18.20, signifie littéralement « rater la cible ». Et l’on comprend bien cette image lorsqu’on perçoit que l’homosexualité rate le projet créationnel de Dieu orienté vers la vie et son renouvellement. C’est alors qu’il faut faire intervenir la notion de Péché du monde, le péché universel tel que Paul le mentionne dans son épître aux Romains : « Tous ont péché et sont privés de
la gloire de Dieu » (3.23).

Nous sommes tous contaminés par cette force de rupture, de mort, de destruction qui se nomme le Péché. Et ce Péché s’exprime dans tous les péchés des hommes : les guerres, les meurtres, la violence, toute forme de trahison, d’injustice, d’infidélité, etc. Le Péché récapitule tout ce qui est contraire à la vie, tout ce qui ne va pas dans le sens de la vie. Sous cet angle, l’homosexualité est par excellence un péché, car c’est un acte stérile, un acte qui n’est pas porteur de vie.

L’homosexualité est ainsi l’un des signes du Péché du monde, signe concret d’un monde en rupture par rapport à sa visée, son projet d’origine.

Comme dit ci-dessus, toute l’humanité, sans exception, déplore les dysfonctionnements qui la marquent. Bien sûr, elle ne les nomme pas « péchés », car ce vocabulaire est de culture biblique. Mais la notion d’échec d’un projet universel d’harmonie est une notion commune à tous les êtres vivants. Et chacun désire améliorer cet état de fait. Chacun souhaite un monde meilleur avec plus de justice, moins de crimes, moins de violence, plus de solidarité. Paul évoque ces désirs dans l’épître aux Romains : « Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement » (8.22).

Le soupir d’un monde blessé
Nous pouvons comprendre l’homosexualité comme l’un de ces soupirs d’un monde blessé, d’un monde souffrant de toutes les souffrances qu’on lui a infligées et qu’il s’est infligées à lui-même. Ainsi, l’homosexualité participe au Péché du monde au même titre que tous les abus, toutes les injustices, toutes les violences et toutes les infidélités.

Jean-Jacques Meylan

Notes

1 Cet article est la reprise d’un chapitre du livre d’Andrea Ostertag et Jean-Jacques Meylan, L’amour mal aimé. Jésus, l’ami des homosexuels, Dossier Vivre 24, Genève, Je Sème, 2011 (2e édition), p. 31-36. Ce Dossier Vivre est disponible auprès du secrétariat de la FREE au prix préférentiel de 10.- + frais de port.

2 Thomas E. Schmidt, L’homosexualité, Perspectives bibliques et réalités contemporaines, traduction Sylvette Rat, Cléon d’Andran, Excelsis, 2002, p. 226.

3 Louis Schweitzer, « L’homosexualité et l’Eglise », in Les Cahiers de l’Ecole pastorale, hors-série n°4, décembre 2002, p. 9.

4 Louis Schweitzer, ibid., p. 11.

5 C’était le cas, semble-t-il, de la plus grande partie des pratiques homosexuelles dans le monde gréco-romain. De nos jours, on trouve, dans la littérature et dans les médias, des incitations à de tels comportements.

_________________________________________________________

L’amour mal aimé. Jésus l’ami des homosexuels, un livre toujours d’actualité !
L’an dernier, les éditions Je Sème ont réédité le Dossier Vivre L’amour mal aimé. Jésus l’ami des homosexuels d’Andrea Ostertag et de Jean-Jacques Meylan. Ce petit livre apporte un éclairage original qui reflète bien ce que le milieu évangélique peut apporter aux personnes « homosensibles ». Au travers de trois parties bien distinctes, le théologien apporte son éclairage, puis l’accompagnante et enfin des personnes directement concernées par l’homosexualité. Une contribution au débat à lire et à relire.

Andrea Ostertag et Jean-Jacques Meylan, L’amour mal aimé. Jésus l’ami des homosexuels, Dossier Vivre 24, Genève, Je Sème, 2011 (2e édition). Ce livre est disponible auprès du secrétariat de la FREE au prix préférentiel de 10.- + frais de port.
Tél. 021 823 23 23 ou courriel : secretariat@lafree.ch.
__________________________________________________________

Comments

  1. Quant on compare le témoignage de Philippe Decorvet avec ces quelques lignes qui datent déjà, on ne peut que ce dire que les propos de Jean-Jacques Meylan sont de la poudre aux yeux ou ce que l’on appelle de la langue de bois. Mais c’est vrai que cela n’a jamais été sont fort d’être pertinent.Nos églises sont pauvres quant elles adoptent un tel vocablaire juste pour passer partout.

  2. Philippe a tout a fait raison. De tels propos sont politiquement et théologiquement corrects, passeraient sans encombre toutes nos commissions théologiques pour autant qu’elles existent encore dans nos milieux. Mais ces lignes sont tellement moralisantes qu’elles sont tout simplement répugnantes et sentent faux des kilomètres à la ronde. Aujourd’hui, je pense à ce jeune élevé dans nos églises, homosexuel à qui l’on a que rabâché toujours et encore les propos à la « Jean-Jacques Meylan » et qui a fini par ce suicider. Sa mère, toujours au sein de nos églises, oui vous savez, pas dans l’EERV, pas chez les catholiques mais bien dans nos églises évangéliques de Suisse Romande, elle n’a pas vu d’autre issue que d’en faire de même : c’est qu’il était né comme cela comme il nous disait. Quel terrible poids sur cette mère ! C’est vrai tout cela nous le cachons dans nos églises. Si certains aujourd’hui encore devraient y être confronté de plein fouet sans l’avoir choisi, parce que un enfant, un frère, une sœur s’affirme homosexuel et bien trop souvent il ne va même pas le partager car il sait trait bien qu’il ne trouvera en face que des « Jean-Jacques Meylan » ou ses disciples… et cela ne lui est d’aucune aide, d’aucun réconfort.
    Jésus Christ n’aurait pas eu de peine à partager les conclusions de ce blog mais il avait une chose en sus qui vous manque : la passion des âmes. Il ne s’est pas contenté de moraliser, de condamner dans un théologiquement correct mais le Seigneur nous a montré l’exemple en invitant à la vie. Alors si je puis me permettre, Monsieur le Pasteur rangez votre prêche moralisante au placard et retrouvez la passion des âmes. Vous verrez cela fait du bien. Je suis persuadé qu’ainsi vos prédications changeront et nos églises retrouveront la vie … Nous n’en serons que ravis. Oui ce langage en patois de Canaan, en langue de bois nous n’en voulons plus. Arrêter de croire qu’il suffit d’écrire sur un thème en vogue pour plaire, mais parlez nous plus souvent comment découvrir et vivre la vraie vie en Jésus-Christ. Oui nous voulons voire Jésus-Christ mort et ressuscité pour nous pêcheurs.

  3. MBONG Anne-Rose says:

    Je sais que Dieu aime tous les hommes, il est venu pour les pécheurs, pas pour les justes qui n’en ont pas besoin. Mais l’homosexualité est un péché , il faut bien le dire, comme les musulmans ont le courage de parler de la charia. Ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais de foirce et de courage, toujours dans l’amour. Que l’Eternel lui-même vous aide dans cette démarche au nom du Christ, Prince d’amour, de vie, de vérité, de grâce et de paix. Bon courage à vous tous.Que l’Eternel vous bénisse et vous éclaire de sa lumière inaltérable.

  4. Je réponds deux mots à Pascal qui est amer et s’en prend directement à jean-jacques meylan. Pourtant son article est sensé et plein de respect. Pourquoi de la poudre aux yeux? On dirait que vous avez un compte à régler avec lui ou nos églises. J-J. dit ce qu’il croit être vrai. Quant’à la passion des âmes, dont vous parlez à propos de Jésus, qui pourrait en douter? Mais il me semble qu’il a dit les choses très clairement, et ila toujours engagé l’être humain à se remettre en question pour le suivre, je vous donne l’exemple un peu usé de la femme adultèe, dont Jésus a pris la défense face à une bande de bien-pensants; pourtant il lui a bien dit ensuite: « Va et ne pèche plus ». Il savait donc aussi, ce passionné des âmes, dire des choses assez nettes. Pascal, j’ai dû me remettre en question sur beaucoup d’éléments de ma vie qui me semblaient ne pas correspondre à ce que Jésus voulait de moi, et ce n’est pas fini. Pour en finir, je ne trouve pas que Jean-Jacques et Andrea se placent en juges et moralisateurs.
    Alors, à vous de voir les choses comme vous le souhaitez, c’est votre droit absolu, moi j’avais envie de vous répondre cela,

  5. Vidoudez Pascal says:

    Il me semble que nous n’acceptons plus l’autorité de la Parole comme c’était le cas par le passé.

    Alors je questionne : la Sainte doctrine n’a-t-elle plus place chez-nous ? Osons-nous à ce point tenter D.ieu sur l’interprétation qu’Il nous a transmises via Ses portes-paroles et Ses prophètes ?

    l’Eglise est certes en perte de crédibilité dans ce monde, mais ce n’est pas pour autant que nous devons en précipiter sa chute.

    Sur le sujet, je vous invite à lire un essai qui mérite le détour. Certes il va plus loin que nous en sommes aujourd’hui en Suisse, (quoique) puisqu’il parle aussi de l’adoption d’enfants pour les couples homosexuels. Par contre, la deuxième partie est tout à fait d’à-propos.

    http://www.grandrabbindefrance.com/mariage-homosexuel-homoparentalit%C3%A9-et-adoption-ce-que-l%E2%80%99-oublie-souvent-de-dire-essai-de-gilles-bern

  6. MBONG Anne-Rose says:

    Bonne année chers amis en Christ,
    Jésus aimait les gens de mauvaise vie, mais ajoutait, « va et ne pèche plus .. » Je ne cautionne pas l’homosexualité, et c’est mieux d’avertir que c’est une abomination devant Dieu, car « la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive… »(Romaina1,18). Prions pour eux sans cautionner ce qu’ils font. Que l’Eternel nous aide par sa grâce en Jésus-Christ. Bon courage. Anne-Rose Mbong

  7. Bayard Rustin, chrétien homosexuel noir, a passé toute sa vie à lutter pour la justice et l’amour du prochain. 25 ans avant Martin Luther King, il se battait déjà pour la suppression de la ségrégation par la non-violence. Il le rejoignit d’ailleurs, devint son premier conseiller, organisa la Marche de Washington dans laquelle King prononça son célèbre discours « I have a dream » devant 250’000 personnes. Grand stratège, il est en grande partie responsable du succès du « Mouvement des droits civiques ». Alors que son travail ne fut jamais reconnu et que tout au long de sa vie des gens, même ceux qu’il aidait, le diffamèrent et l’insultèrent… Il continua dans son combat pour la dignité humaine et mourra à Hawaï dans un voyage humanitaire. N’est-il pas l’exemple même de l’amour du Christ, un amour désintéressé pour tous y compris ceux qui le haïssent? N’a-t-il pas mieux compris que nous tous ce que « porter sa croix chaque jour » signifie?

    « Today, blacks are no longer the litmus paper or the barometer of social change. Blacks are in every segment of society and there are laws that help to protect them from racial discrimination. The new « niggers » are gays… It is in this sense that gay people are the new barometer for social change… The question of social change should be framed with the most vulnerable group in mind: gay people. »
    Bayard Rustin

  8. Bonjour a chacun, je suis contre l’homosexualité comme DIEU. De même je suis contre la discrimination. Mais il est évident que l’on ne joue pas a l’église, et on ne conduit pas l’église comme une institution d’utilité publique. Comme une OMG,c’est le CHRIST qui en n’est le chef et c’est l’esprit saint qui doit nous guider est non pas ce qui serait  » politiquement correcte ».mais plus rien ne m’étonne . En 2012 j’ai lus un article d’un pasteur de l’église réformé qui se disait athée, mais apparemment sa ne gêne pas le synode,et non plus pas les évangéliques.

  9. @Renato Vous créez un Dieu à votre image. Sachez que Dieu est assez grand pour s’exprimer et l’outrecuidance avec laquelle vous parlez à sa place est tout aussi surprenante qu’inadaptée. Votre facilité à condamner des millions de chrétiens qui ne pensent pas comme vous en remettant en question leur foi en Dieu est humiliante. Ceux-ci ont soif de vérité et l’amour à l’égard du prochain témoigne de leur foi. Contrairement à vous, lorsqu’ils regardent les malheureuses statistiques du suicide et qu’ils voient qu’un jeune homosexuel à 13 fois plus de chances au suicide et qu’un sur trois fait une tentative de suicide. Qu’en plus la cause est quasi exclusivement des propos, actes blessant leur intimité (homophobie, propos déplacés de la part de leurs parents, proches ou de la société). Finalement, là où j’espérais trouver un havre de paix, il n’y a que rejets: ces statistiques sont encore pire dans nos églises… Je ne cherche ni à avoir raison, ni à prouver quoi que ce soit, je n’ai pas d’actions chez les lobbys gay comme vous dites, je n’ai pas d’élections politiques à gagner, inutile de vous dire que de défendre ces propos face à des amis chrétiens ne m’amusent nullement. Mais une réalité demeure, je ne peux pas m’empêcher de pleurer en voyant dans ma tête ces milliers d’adolescents morts par la bêtise de mes semblables évangéliques.

  10. Pascal Vidoudez says:

    @Axel. Ce n’est pas l’homosexuel en tant que personne qui doit être rejetée, mais c’est son homosexualité.

    Il nous faut différencier l’être du faire.

    C’est-à-dire que nous pouvons et même devons accueillir cette personne homosexuelle au sein de l’Eglise comme toutes autres personnes
    Nous devons l’aider et lui témoigner notre amour comme étant notre compagnon de route (notre semblable)

    Toutefois, pour que notre témoignage soit entier et corresponde à ce qu’enseigne la Parole de D.ieu, nous avons aussi le devoir de lui dire très clairement qu’une homosexualité vécue (c’est-à-dire la pratiquer) n’est pas vivable dans une communion sincère avec D.ieu.

    Qu’un homosexuel en se mariant ou vivant avec un autre homosexuel lui soit fidèle et inversement, ne change rien à la problématique.

    Une personne qui a une tendance homosexuelle mais qui vit sans la pratiquer n’est pas différente d’une autre personne qui commettrait une quelconque autre hostilité à la volonté de D.ieu qui nous a promulgué un code de conduite et de vie sous différentes directives, règles ou commandements.

    Ne pas en tenir compte, nous mets en en porte-à-faux avec la Parole de D.ieu. Les vivre c’est être en harmonie avec D.ieu et Sa Parole. La négliger, c’est faire D.ieu menteur et de mentir à notre compagnon de route. Et D.ieu, comme Sa Parole, nous en fait mention à de nombreuses reprises dans le Premier Pacte comme dans le Nouveau Pacte, nous demanderas de rendre des comptes sur la gestion de notre patrimoine spirituelle et notre témoignage (ce que nous aurons dit ou pas dit) envers notre compagnon de route

  11. @Pascal. Votre méconnaissance du sujet est surprenante. On m’a toujours appris que quand on a rien à dire, on se tait.

    « Il nous faut différencier l’être du faire. »

    C’est joli mais dans les faits ça n’a jamais été respecté dans nos rangs et quasiment aucun leader n’a condamné fermement un acte homophobe au sein de l’église évangélique (et inutile de vous dire qu’il y en a à foison). Je n’ai jamais lu le témoignage d’un homosexuel qui déclarerait s’être senti aimé, accueilli et compris au sein d’une église évangélique… Ce qui même en supposant que vous ayez raison est un terrible constat d’échec!

    « Une homosexualité vécue (c’est-à-dire la pratiquer) n’est pas vivable dans une communion sincère avec D.ieu. »

    Et pourquoi donc? Vous l’avez vécu? Vos allégations reposent sur du vent. Toutes les valeurs enseignées dans la bible et en particulier celle de l’amour ne sont pas en contradiction avec l’existence d’un couple homosexuel. Mel White est un meilleur théologien que vous et pourtant il vit bien mieux son homosexualité acceptée que refoulée au sein de l’Eglise et auprès de Dieu.

    « Ne pas en tenir compte, nous mets en en porte-à-faux avec la Parole de D.ieu. »

    Bon, soyons sérieux. Aucun passage de l’ancien testament ne parle de relation femme-femme et un seul passage (en doublon) est recevable en parlant de relation homme-homme dans l’AT: « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme »
    Ce que vous interprétez hâtivement comme une condamnation. Bien surprenant car si vous connaissiez la linguistique vous comprendriez que ce n’est pas le cas. Lorsque je déclare « Ne mange pas comme un bébé » ne signifie pas « Ne mange pas » mais bien de ne pas manger à la manière d’un bébé. Il en est de même dans ce texte. S’il y avait une condamnation de l’homosexualité, il devrait s’arrêter après « homme ». Dans ce cas, au contraire, un homme peut coucher avec un homme mais tout simplement pas comme avec une femme. Paul est le seul à en parler dans le NT mais dans un contexte et une pensée bien particuliers qui n’a absolument rien à voir avec le monde contemporain. De même que les passages « Comme cela a eu lieu dans toutes les Eglises des saints, que vos femmes se taisent dans les assemblées, car elles n’ont pas mission de parler ; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la Loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque point, qu’elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans une assemblée. » ou encore « Je veux cependant que vous sachiez que le chef de tout homme c’est le Christ, que le chef de la femme, c’est l’homme, et que le chef du Christ, c’est Dieu. » ne sont plus pris à la lettre dans la plupart de nos Eglises et bien évidemment nous laissons les femmes parler et nous ne tolérons pas les propos et actes misogynes. Je trouve que tout cela est assez maigre, autant dire que l’apartheid, la ségrégation, le racisme, l’extermination juive, la misogynie ont une base théologique nettement plus sérieuse! (rappelons-nous bien, à contrecœur, que l’Eglise a défendu toutes ces thèses) Prenez ce passage:

    « Si un homme a un fils indocile et rebelle, n’écoutant ni la voix de son père, ni la voix de sa mère, et ne leur obéissant pas même après qu’ils l’ont châtié,
    le père et la mère le prendront, et le mèneront vers les anciens de sa ville et à la porte du lieu qu’il habite.
    Ils diront aux anciens de sa ville : Voici notre fils qui est indocile et rebelle, qui n’écoute pas notre voix, et qui se livre à des excès et à l’ivrognerie.
    Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi, afin que tout Israël entende et craigne. »

    Il est très clair et jamais aucun chrétien ne l’a appliqué! Et l’Eglise ne s’est jamais levé pour le défendre. Pourquoi? Vous êtes en porte-à-faux avec les textes si je vous suis bien?

    Je pense que pour pouvoir envoyer un humain à la mort, il faut déjà avoir une connaissance élevé du sujet et que même toute une vie n’est pas suffisante… Mais votre promptitude à envoyer des milliers d’adolescents à la mort sans remettre en question l’Eglise et sans avoir une connaissance des sujets adéquate m’horrifie en tant qu’intellectuel et me blesse en tant que chrétien.

  12. Axel, Vous dite que je crée un DIEU a mon image , mais c’est LUI qui m’a créé a son image. Je ne condamne personnes ,et si vous pensez cela ou que mais propos vous font penser cela je m’en excuse.Par contre je doute fort de la foi du pasteur que je donne en exemple.
    Je n’ai jamais dis que vous avez des actions dans les lobbys gays.
    Et d’ailleurs vous faite ce que vous voulez,ça mais bien égale.
    Je ne vous juge pas? Mois aussi je pleure quand je vois ces jeunes brisés,que l’église n’a pas su rejoindre.Si un homosexuel trouve le seigneur l’église doit recevoir cette personne,elle ne doit pas le rejeter, et c’est son devoir de tout mettre en oeuvre pour quelle soit libérer de ses penchant contre nature.Paul était très sévère avec les homosexuel. Loin de moi vouloir que tous penses comme mois, j’en serait le premier malheureux.ET sait vrais qu’il faut du courage pour défendre ses opinions. Que DIEU vous bénisse.
    Renato

  13. Vidoudez Pascal says:

    @ Axel,
    Que se que j’exprime vous déplaise est une fait. Je l’accepte, même si je vois en vous l’expression d’une colère.

    Mais que vous supposiez que dans la Bible il n’y aurait qu’un passage de reçevable dans l’Ancien Testament qui parle de l’homosexualité et que vous en fassiez votre propre interprétation, s’est de mettre un voile sur la Parole de D.ieu.

    Je vous propose de consulter votre Bible et de chercher toutes les occurences qui parlent du sujet et vous serez surpris sur ce qu’il en est.

    Quant à citer des textes de Paul hors de leur situation contextuelle ne conduit pas à en estimer toute la portée. Que nous dirait Paul aujourd’hui ?

    Et surtout que dirait Jésus le Messie qui a dit à la femme adultère qui viola l’une des Dix Commandements et étaient passible de mort comme l’homme avec qui elle a commis l’adultère: « où sont tes accusateurs…. moi non plus je ne te condamne pas… va mais ne pèche plus »

    Notre responsabilité en tant que croyant est certes d’être la lumière du Messie dans ce monde, mais aussi de le rendre attentif. Lorsqu’une personne reconnaît D.ieu et la valeur du sacrifice du Messie pour nous, alors il cherche à s’accorder avec les valeurs du royaume.
    L’Eglise est restée bien souvent muette et, par son silence, à accepter de cautionner bien des dérives. Elle en paie le prix aujourd’hui. Qu’en sera-t-il demain ?

    Quant à votre citation de De 21:18, si cette Parole que D.ieu adressa à la communauté d’Israël vous déplaît, adressez une complainte à D.ieu qui en est l’auteur.
    Dans d’autres circonstantes, les israélites l’ont fait à plusieurs reprises et D.ieu s’est repenti pour le mal qu’Il allait leur faire par leur irrespect aux termes fixés par l’alliance.
    Et qui sait peut-être changera-t-il d’avis au sujet des relations conjugales de types homosexuelles.

  14. @Renato Merci pour ce message plus modéré, on va finir par s’entendre. Paul a défendu becs et ongles le célibat, statuer la femme comme l’inférieur de l’homme… Ce que nous ne défendons plus vraiment, voilà pourquoi je suis surpris que l’on s’insurge sur ce thème plutôt que sur d’autres. Nous avons encore un point de divergence: « c’est son devoir de tout mettre en oeuvre pour quelle soit libérer de ses penchant contre nature ». Je n’entrerais pas derrière la vacuité du mot contre nature dont la définition n’a jamais été trouvé… Si vous faites allusion à ce que la nature fait des couples hétéros, sachez que c’est de loin l’exception et non pas la règle dans le règne animal (polygamie, inceste homosexualité, hétérosexualité, utilisation de spermathèque, parthénogenèse, etc. font tous partie du règne animal). De plus, on ne se pose pas la question de savoir si une voiture, si un vaccin, si une centrale hydroélectrique est naturel ou contre naturel… Tout simplement car cet argument ne fait pas partie du champ éthique.
    Pour en revenir à notre divergence, honnêtement après avoir fait subir à un homosexuel une psychothérapie, des prières, une thérapie par électrochocs (rappelez-vous du conditionnement de Pavlov, l’idée souvent barbare et simple est de visionner de la pornographie ou des images érotiques gay en subissant des chocs électriques), et l’exorcisme par les meilleurs exorcistes au monde et que tout cela ne marche pas, on fait quoi? Le dernier homosexuel qui a subit toutes ces « thérapies » a fini par faire une tentative de suicide alors qu’il était un des hommes les plus reconnus du monde évangélique… Voilà pourquoi je considère que vous n’apportez aucune réponse à cette problématique.
    Je ne doute pas de votre volonté bienveillante et qu’aucunement l’idée de faire du mal vous a traversé l’esprit. Cependant, il ne suffit malheureusement pas de vouloir faire le bien pour le faire…
    Que Dieu vous bénisse aussi.

  15. anne rose mbong says:

    Jsus aimait les gens de mauvaise vie mais il leur disait tout de mme que ce qu’ils faisaient de mauvais tait un pch. Je suis contre l’homosexualit et le mariage pour tous. Il faut dire les choses telles qu’elles sont dans la vrit et l’amour. Cautionner le mariage homosexuel et ses drives n’est pas une bonne chose, mme s’il faut laisser chacun choisir sa manire de vivre sa vie. Le bl et l’ivraie croissent ensemble mais la fin il devront tre spars. Prendre position contre ce mal de vivre est un signe d’amour. On ne donne pas nos bien-aims des serpents vnimeux comme jouets tout de mme. Jsus est le chemin, la vrit et la vie, il ne met pas dehors celui qui vient lui, tel qu’on est sans vertu, sans appui sinon son sang vers pour nos pchs. Alors parlons franc aux homosexuels. Bon courage tous.

    Date: Mon, 11 Feb 2013 20:57:23 +0000 To: annerosembong@hotmail.com

  16. @Pascal J’ai parlé de passages recevables! Certains ont déclaré que dans la genèse il y avait Adam et Ève et pas Adam et Yves… Face à de tels propos consternants, je n’ai pas pris la peine d’y répondre. Sachez bien que si Adam était célibataire, l’humanité n’aurait pas exister non plus… Cela n’en fait pas une chose amorale. Idem pour l’homme quittera son père et sa mère etc.
    Pour Sodome et Gomorrhe, je n’ai vraiment pas envie d’entrer en matière, si vous voyez un seul lien entre exiger à un homme qu’il livre ses hôtes pour organiser un viol public par toute une ville et un couple homosexuel, rappelez-moi…
    Pour ce qui est des prostitués sacrés cités maintes fois dans la bible, je ne vois non plus aucun lien. Si avoir des relations sexuelles avec un homme pour adorer un dieu païen vous inspire un quelconque lien…
    Le modèle hétérosexuel: un homme une femme tel que vous le défendez est admirable. N’empêche que l’on ne peut ignorer d’autres réalités tel que David, polygame, qui plaisait aux yeux de Dieu.
    Enfin, je suppose que vous allez essayer de me trouver un autre passage et je me réjouis de voir lequel j’ai raté.
    Quant à ma surprise à la lecture de « tous les passages » je dois admettre que ça a été plutôt l’inverse… Etant petit, on m’a toujours dit que c’était une horreur et que la bible la condamnait dans son intégralité. Je fus bien surpris de savoir qu’en fait il ne s’agit que de quelques versets et que l’argumentation théologique était extrêmement faible.
    Paul a été capable de réaliser que les modèles conjugaux s’adaptent aux époques. Et que si la polygamie était bonne dans l’antiquité (femmes non qualifiées et extrêmement dépendantes des hommes avec un haut taux de mortalité chez les mâles), elle ne correspondait plus à son époque et qu’au contraire le célibat était très adapté pour faire face aux persécutions (et il l’est toujours sur le champ humanitaire et missionnaire). De même, les couples homosexuels, par l’absence d’enfants, ont l’avantage du célibat sans en avoir les défauts. C’est pourquoi ils forment d’excellents politiciens par exemple qui se sont illustrés dans de nombreuses grandes villes telles que Zürich, Paris ou New-York. Quant à Jésus, il a passé son temps à remettre en place les pharisiens. Je suis convaincu qu’il ferait exactement pareil avec les théologiens de notre époque.
    « si cette Parole que D.ieu adressa à la communauté d’Israël vous déplaît »
    Vous sous-entendez donc qu’il ne nous est pas adressé? Il en est de même alors pour le passage des lévitiques. Votre manière d’éluder le problème ne vous honore pas.
    Je n’ai aucunement interprété! J’ai simplement lu ce qui était écrit et tout théologiens, linguistes, intellectuels sérieux le lit de cette manière car il n’y a pas d’autres manières de le lire. Il est en effet considéré comme un passage ambigu (que veut coucher comme avec une femme…). Certains y voient une condamnation de la sodomie, d’autres de la relation dominé-dominant entre deux hommes. Et en effet, à ce niveau là, il y a bien une interprétation voilà pourquoi je ne suis pas allé si loin.
    Finalement, vous déclarez que l’Eglise ne doit pas se taire pour éviter des dérives. Vous savez bien que l’Eglise a bien souvent trop parlé en défendant des thèses ignobles (cf mes autres messages, je ne vais pas me répéter).

  17. @Mbong Comme vous le dites si bien, vous avez un avis. Cet avis n’engage que vous. Traiter un homosexuel « d’homme de mauvaise vie » est vraiment répugnant… Qui êtes-vous pour dire qu’ils sont des gens de mauvaise vie? Vous savez bien que toutes les grosses têtes du Vatican, que les Rabbins et les Imams se sont acharnés à fournir la preuve que l’acte homosexuel était non-éthique… Personne n’y est arrivé. En effet, rien dans un couple homosexuel n’enfreint les axiomes qui forment l’éthique. Comparer à un acte d’adultère l’homosexualité est une incompréhension profonde de l’éthique. Lors d’un adultère, vous causez un terrible préjudice à votre mari (et réciproquement si le mari trompe sa femme ainsi qu’aux enfants, famille, etc.), ce qui n’est absolument pas le cas d’une relation homosexuelle vécue à l’intérieur d’un couple.
    Quant à votre signe d’amour qui donne la mort, je veux bien croire qu’il est sincère mais je doute de son efficacité.

  18. Pascal Vidoudez says:

    @Axel,
    Vous avez visiblement votre interprétation de certains passages ou prenez en compte celle peut-être d’une majorité de théologiens. Mais qu’en est-il de la minorité des théologiens alors ? Leur avis ne compte-t-il pas aussi ?
    Dans la tradition juive, la moindre petite interprétation d’un rabbin – même contradictoire ou nuancée par rapport aux autres – compte et a été conservée dans la littérature talmudique et rabbinique.

    Je pense que vous avez aussi suivi le débat en France où les autorités ecclésiastiques des trois religions monothéistes ont pris position officiellement contre le « mariage pour tous ». Je vous invite à relire l’essai du grand rabbin de France qui reste la meilleure perspective pour comprendre les plans de D.ieu pour l’humanité. Vous trouverez le lien dans mon premier commentaire.

    Quant à vos statistiques qui dénotent les qualités intrasèques d’hommes vivant leur homosexualité, que cherchez-vous à démontrez ? Qu’ils puissent exceller dans leur domaine est une chose. Que ce mode de vie soit accepté par D.ieu en est une autre.

    Comme il est dit dans la Parole de D.ieu, enfreindre le moindre des commandements, règles, lois ou directives conduits à tous les enfreindre. Je suis désolé de le dire, il n’y a pas d’échelle de notations des péchés dans la Bible. Le simple fait de dire « fou, idiot » à son frère est un mal en soit.

    Cependant, même dans la perspective où nous considérerions ne pas être certain à 100% de ce que D.ieu a voulu dire à travers la bouche de Ses messagers, le moindre des comportements à adopter n’est-il pas l’abstention de provoquer le doute et de susciter sa possible réprobation ?

    Le fait que dans le Nouveau Testament, Jésus ne reprenne pas tout ce qui figure dans ce que nous appelons communément l’Ancien Testament n’est pas difficile à comprendre. Ses auditeurs avaient la connaissance des commandements, des lois, des perspectives de D.ieu. Ce que Jésus reprend est la mise en application qui parfois était à la dérive du but initial. Mais Jésus a été plus strict encore que ce qui avait été précédemment dit. Nous en avons un exemple avec le délit d’adultère : vouloir conquérir la femme de son compagnon de route, non en acte mais en pensée c’est déjà commettre un adultère avec elle dans son cœur. S’il y a des passage où Jésus remets en place les pharisiens comme vous le dites, il y en a aussi où Jésus les approuve. Et plus que vous ne l’imaginez visiblement.

    Quant à dire que Paul a su réaliser des modèles conjugaux s’adaptant aux époques, c’est très surprenant. Pour bien comprendre les écrits bibliques, il faut les contextualiser, c’est-à-dire les remettre dans le contexte de l’époque, les difficultés qu’elles rencontraient. Paul n’écrit pas la même chose à telle église car toutes les églises de l’époque ne connaissaient pas la même problématique, les mêmes défis (nous le voyons aussi dans les lettres adressées au sept églises dans le livre de la Révélation). C’est pourquoi nous trouvons en première lecture des propos chez Paul que nous qualifierions d’assez macho. Par contre, en replaçant de quelles origines provenaient ses auditeurs de base (juifs ou païen déjà, mais aussi esclave, maître, etc), leur background, comment vivait la société dans le périmètre de l’église, les lois en vigueur dans la société civile, etc etc, notre lecture s’en trouve modifiée.

    Il me semble que le débat présent consiste à trouver dans la Bible le plus d’occurrences qui va dans un sens plutôt que dans un autre. Si tel est le cas, nous faisons alors résolument fausse route.

    Que l’Esprit de D.ieu nous renouvelle pour l’amour et la gloire à D.ieu.

  19. @Pascal
    Je respecte bien évidemment l’avis des autres théologiens et je suis friand de lecture d’avis différents dans les différentes traditions religieuses. Maintenant s’ils veulent dire des âneries, soit. Certains théologiens considèrent par exemple qu’une femme ne devrait pas enseigner la parole parce que c’est contraire aux écritures… C’est affligeant mais bon ils défendent ce qu’ils veulent et ils se ridiculisent bien assez tout seul sans avoir besoin d’en rajouter. Par contre là, il s’agit de milliers de vies d’adolescents et de votre position clérical irréfléchie, inamovible qui en tue chaque année…
    Quand j’entends qu’une femme fréquentant une église évangélique en apprenant que son fils est homosexuel se met en tête de lui faire changer d’orientation par tous les moyens et que celui-ci finit par se suicider, n’ai-je pas le droit de m’indigner d’un tel manque de clairvoyance de la part de l’Eglise et de cette mère? Cette mère aimait son garçon sans aucun doute mais pour en arriver à être la cause de la mort de son propre fils, il me semble que non seulement vous êtes complétement à côté de la plaque et qu’en plus vous manquez tout simplement de bon sens… (Remarquons que c’était assez prévisible, si un adolescent se sent rejeté dans son école, dans son église et dans sa propre famille, il ne lui reste absolument rien…)
    Vous avez la sale manie de proférer de longues allégations qui ne reposent sur absolument rien de solide. En ce sens, vous êtes très proche du Rabbin que j’ai lu. Remarquez d’ailleurs qu’il ne défend absolument pas les positions défendues ici. Il entre dans thèmes complexes de la reconnaissance civile de l’enfant à l’intérieur d’un couple homosexuel… Je parle ici, de jeunes hommes et de jeunes femmes qui ont entre 15 et 20 ans.
    Vous avez aussi votre interprétation de la bible et je m’attendais à ce que vous me donniez quelques textes de l’AT ce qui n’a pas été le cas. Pour l’adultère, j’en ai déjà parlé, votre exemple est déplacé et ne tient pas la route sur le plan éthique car ce n’est pas parce que tous deux parlent de sexualité qu’ils ont un quelconque lien éthique (cf axiome porter préjudice à autrui).
    « Cependant, même dans la perspective où nous considérerions ne pas être certain à 100% de ce que D.ieu a voulu dire à travers la bouche de Ses messagers, le moindre des comportements à adopter n’est-il pas l’abstention de provoquer le doute et de susciter sa possible réprobation ? »
    Magnifique! Je savais que vous pouviez le faire. Enfin une parole intellectuelle dans la même veine du pari de Pascal. Votre avis serait aussi le mien comme « principe de précaution » s’il suffisait de manger un cachou ou de sucer une tablette pour changer d’orientation sexuelle. Or, ce n’est pas le cas et la culpabilisation et les « thérapies » comme citées dans un message précédant non absolument pas l’effet escompté. (Rappelons-nous qu’en Californie alors que nous somme dans le pays des libertés et le plus christianophile au monde une des thérapies lancées par l’Eglise évangélique s’est vue interdite par l’Etat pour cause d’un trop grand nombre de suicides parmi les participants ayant suivi le cours…) Deuxièmement, refouler ces pulsions et faire un mariage hétéro pour faire comme tout le monde ne me semble pas une bonne idée. Ne serait-ce que pour la femme qui n’est pas aimée comme elle devrait et pour l’homme qui devrait jouer la comédie toute sa vie (cf. Mel White).
    Voilà pourquoi j’adopte le « principe de précaution » contraire en encourageant les homosexuels dans leur foi avec Dieu et dans l’amour du prochain. Si un jour, Dieu leur fait sentir un quelconque besoin de changer, ils sont assez grands pour le faire mais ce n’est pas à moi de juger et de m’immiscer dans une intimité fragile qui me dépasse complétement.

  20. 151 Psaume de CHARLES.

    O Eternel ! Qui séjournera dans ta tente ?
    Qui demeurera sur ta montagne sainte ?

    Celui qui craint l’Eternel, le seul Vrai Dieu, qui l’aimera et l’adorera de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force ;
    Qui observe les commandements de l’Eternel Dieu, en marchant dans ses voies, et en gardant ses lois, ses ordonnances, ses jugements et ses préceptes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse.

    Celui qui a la Foi que Jésus est le Fils de Dieu, le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde.

    Celui qui marche dans l’intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur.

    Celui qui ne calomnie point avec sa langue, qui ne fait point de mal à son semblable et qui ne jette point l’opprobre sur son prochain.

    Celui qui regarde avec dédain celui qui est méprisable, mais qui honorent ceux qui craignent l’Eternel ;

    Celui qui ne se rétracte point, s’il fait un serment à son préjudice.

    Celui qui n’exige point d’intérêt de son argent, et qui n’accepte point de don contre l’innocent.

    Celui qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie dés pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs,
    Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, et qui la médite jour et nuit.

    Celui qui se conduit ainsi ne chancelle jamais.

    Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point :

    TOUT CE QU’IL FAIT LUI REUSSIT.

    Que celui qui a des oreilles entende….

    Quatre(4) exemples probants de grands hommes de la bible pour corroborer nos propos :

    Genèse 6 : 8-9
    Noé, le rescapé du déluge.

    Noé trouva grâce aux yeux de l’Eternel.
    Noé était un homme juste et intègre dans son temps ;
    Noé marchait avec DIEU.
    Genèse 26 : 4- 5.
    Abraham, le père de la Foi.

    Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées ; et toutes les maisons de la terre seront bénies en ta postérité, parce qu’Abraham a obéi à ma voix, et qu’il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois.

    Job chapitre 1.
    Job, le père de la patience et de la persévérance.

    Il y avait dans le pays d’Uts un homme qui s’appelait Job. Et cet homme était intègre et droit ; il craignait Dieu, et se détournait du mal.

    Le Roi David, l’homme de Dieu selon son cœur.

    L’Eternel dit à Samuel : lève toi, oins-le, car c’est lui….1 Samuel 16 : 13.
    L’Eternel est vivant ! Tu es un homme droit, car je n’ai rien trouvé de mauvais en toi depuis ton arrivée auprès de moi jusqu’à ce jour…..1 Samuel 29 : 6.

    1 Rois 2 : 4
    Les ordres du Roi David à Salomon son fils, le Père de la Sagesse.

    « Je m’en vais par le chemin de toute la terre. Fortifie-toi et sois un homme !
    Observe les commandements de l’Eternel, ton Dieu, en marchant dans ses voies, et en gardant ses lois, ses ordonnances, ses jugements et ses préceptes, selon ce qui est écris dans la loi de Moïse, afin que tu réussisses dans tout ce que tu feras et partout où tu te trouveras,
    Et afin que l’Eternel accomplisse cette parole qu’il a prononcée sur moi…. »

    Béni soit l’ETERNEL DIEU, le DIEU d’Israël qui seul fait des prodiges !
    Béni soit à jamais son nom glorieux !
    Que toute la terre soit remplie de sa gloire !
    AMEN! AMEN!

    Frères et sœurs en CHRIST JESUS, recevez en CHRIST JESUS, l’expression de notre très haute considération.

    DIEU VOUS BENISSE.
    KONE Issa Charles
    Serviteur de Dieu et esclave de CHRIST JESUS
    Jesusmasauve1982@hotmail.fr

  21. Suggestion de lecture : deux articles en ligne.
    1- Jacques Buchold, « L’homosexualité, les données du Nouveau Testament et leur contexte » (http://www.publicroire.com/cahiers-ecole-pastorale/le-mariage-et-la-sexualite/article/l-homosexualite-les-donnees-du-nouveau-testament-et-leur-contexte).
    2. « Jésus et l’homosexualité » (http://www.pt.free.fr/sexo.html).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :